Objet rituel: mala (perles de prière) | Bracelet Zen



Objets rituels Page principale

Recherche dans la base de données: Toutes les images

Sujets, sujets et types:
– Mala, perles de prière, explication (ci-dessous)
– Perles de prière (représentées dans l’art)
– Quatre activités
– Types de Malas
– Symbolisme
– Composants
– acquisition
– Étiquette
– Bibliographie (ci-dessous)
– des chefs d'oeuvre
– Confusions
– Autres…

Les perles de prière (mala) sont un article religieux très personnel. Ils peuvent être constitués d'un nombre variable de billes et de substances différentes selon l'utilisation envisagée. Strictement parlant, les matériaux utilisés pour la fabrication des perles et le nombre spécifique de perles sont déterminés en fonction du type de pratique religieuse à réaliser ainsi que des directives des quatre activités. Plusieurs textes indiens sanscrits expliquent la création générale et les utilisations du mala, telles que Vajra Garbha Lamkara, Samputa et Dakarnava Tantras.

le Quatre activités peuvent être différenciés par but et visuellement par apparence, couleur et forme géométrique pour les palais, les sanctuaires rituels et le foyer de feu. On les appelle aussi les quatre activités inférieures ou communes. L'activité supérieure ou peu commune est la recherche de l'illumination. Les quatre activités inférieures sont:
(1) pacifique
(2) en augmentation
(3) puissant
(4) courroucé

Selon le Samputa Tantra: "En général, pour l'accomplissement dans Mantrayana, le nombre (de perles pour un mala) est de cinquante (50). Plus précisément, pour Powerful (activités), le (nombre est) la moitié de celui-ci (25 perles). Pour Peaceful (activités, le nombre est ) cent (100). De même, pour augmenter (activités) ajouter huit (108 perles) supplémentaires. Pour Wrathful (activités), il est soixante (60 perles). "

Perles et numéros de prière:
– Mantrayana en général = 50 perles

Activités spécialisées:
– Activités pacifiques = 100 perles
– Activités croissantes = 108 perles
– Activités puissantes = 25 perles
– Activités courroucées = 60 perles

Dans les temps modernes, il est courant de trouver des perles de prière avec des nombres tels que vingt et un (21), vingt-sept (27) et cent huit (108).

Le Samputa Tantra présente également les substances de base des perles en fonction des quatre activités. Pour les activités pacifiques et la couleur blanche correspondante, les perles peuvent être en cristal, en perle, en graine de bodhi ou en divers types de bois. Pour l'activité de couleur jaune croissante, le matériau des perles peut être de la graine d'or, d'argent, de cuivre ou de lotus. Pour les activités Powerful, on utilise la couleur rouge, les perles de bois de santal rouge ou de corail rouge. Pour les activités Wrathful, de couleur noire, le matériau est constitué de graines de rudraksha, de noyaux de fruits ou de perles en os humain. Il est communément dit qu'un mala de graine de bodhi est bon pour les quatre activités en général.

Types de Malas:
Bodhiseed | Ivoire | Lotus Seed (composite) | Métal | En plastique | Rudraksha | Bois de santal (rouge) | Bois de santal (blanc) | Pierre | Bois |

Substances en général: graine de bodhi, graine de lotus, graine de rudraksha, noyau de fruit, ivoire, os humain, os de buffle, ambre, corail, cristal, perle, lapiz lazuli, bois, bois de santal blanc, bois de santal rouge, pierre, or, argent, cuivre, etc. Dans des cas rares mais spécialisés, il peut même y avoir des perles de prière faites de vertèbres de serpent et d'autres substances exotiques. Tantras spécifiques tels que le Hevajra et le chapitre vingt-cinq et cinquante Mahakala Tantras prescrira également des malas fabriqués à partir d’une substance particulière pour un certain nombre d’activités spécialisées. le Hévajra Tantra répertorie le cristal de roche, le bois de santal rouge, le bois de savon, l'os humain, l'os de cheval, l'os de brahmane, l'os d'éléphant et l'os de buffle. le Mahakala Tantra de cinquante chapitres ajoute: dents de cheval, dents de tigre, dents d'éléphant, perles, perles de riz, de selles et de musc.

À l’époque moderne, les types de perles les plus répandus sont la graine de bodhi et probablement le bois de santal, rouge ou blanc. La graine de bodhi est issue d'un arbre apparenté au rudraksha (Elaeocarpus ganitrus). Les graines de Bodhi ne proviennent pas, comme on le croit généralement, de l'arbre Bodhi. Toutes les perles en général peuvent être des disques ronds, ovales ou plats. Il n'y a pas de règles ou de recommandations déterminant les dimensions, la taille ou la forme de chaque perle.

le utilisations d'un mala sont variés mais sont généralement utilisés avant tout pour compter le nombre de répétitions de mantras et de prières. Ils sont également utilisés pour compter le nombre de prosternations effectuées et dans des pratiques plus avancées de yoga pour compter les inhalations et les expirations de la respiration de «vase». Le mala est également utilisé comme dispositif théâtral dans le débat monastique philosophique tibétain. Une autre utilisation est la divination et la divination, connues dans la langue tibétaine sous le nom de «mo». Enfin, le mala est parfois utilisé occasionnellement comme moyen de bénédiction spirituelle d'un enseignant à un ou plusieurs étudiants. L'enseignant tend le mala et, à son tour, les élèves s'approchent et s'inclinent et laissent le mala toucher leur tête. Ils tendent les deux mains, paume vers le haut et touchent doucement le mala. Avec certains professeurs bouddhistes stricts, le mala peut servir d’outil disciplinaire utilisé pour frapper des jeunes paresseux ou endormis pendant les cours ou lors de l’exécution des rituels du temple.

le symbolisme du mala peut varier entre les enseignants et les traditions. Selon Jetsun Dragpa Gyaltsen (1147-1216), trois éléments du mala ont une signification symbolique: (1) la chaîne, (2) les perles et (3) la perle de tête. La chaîne est composée de neuf fils représentant les huit bodhisattvas et Vajradhara. Les perles elles-mêmes représentent les arhats du bouddhisme primitif. La perle de tête a deux parties placées ensemble, une forme de stupa et une forme de sphère. Ensemble, ils représentent le dharmadhatu.

le composants d'un mala Ce sont principalement les perles fabriquées à partir de la substance choisie et en n'importe quel nombre, suivies de la perle de tête souvent plus grosse que les autres et ne faisant pas partie des perles comptées pour la récitation. Dans la culture populaire, la perle de tête est également appelée perle de gourou et est censée représenter l'enseignant. Dans les premiers textes tibétains des XIe et XIIe siècles, la perle de tête était censée représenter un stupa et avait deux parties, une forme de flèche et une forme de vase, sans aucune référence à un enseignant. La perle de tête comporte généralement trois trous de connexion facilitant la chaîne principale ainsi qu'un petit gland ou un autre ornement indiquant qu'elle est différente des autres perles. Cette perle marque également le début de toute session de comptage. Il est courant avec les malas plus sophistiqués d’avoir des perles de séparation approximativement au quart et au milieu du mala. Celles-ci sont souvent fabriquées dans un matériau différent de celui des autres perles mais peuvent parfois être fabriquées dans le même matériau que la perle de tête. Il n'y a pas de règles pour cela et cela dépend entièrement du fabricant ou du praticien.

Des billes de compteur sont parfois attachées soit à la perle de la tête, soit aux deux points du quart situé sur le mala le plus proche de la perle de la tête. Les perles de comptoir sont deux petites longueurs de ficelle ayant chacune dix petites perles qui sont utilisées pour calculer un grand nombre de tours du mala. Ils servent essentiellement de billes de compteur spéciales pour le calcul de 10, 100 et 1000. Ceci est important lors de pratiques où il est nécessaire de connaître le nombre exact de répétitions. Les perles de comptoir ne sont pas réellement nécessaires, mais leur popularité a grandi à la fois par la fonction et par la mode. Les contre-perles peuvent être faites de n'importe quelle substance, mais le plus souvent en bois ou en métal. Ils sont généralement placés aux deux points du quart de chaque côté de la perle de tête, ou parfois attachés à la perle de tête. Les comptoirs en métal sont populaires et ils sont souvent décorés avec un très petit sceptre vajra sur un jeu de 10 jetons et une clochette vajra sur l’autre ensemble de 10 jetons.

le acquisition d'un mala se fait généralement par achat, en cadeau ou en fabriquant une chaîne de perles de prière à la main. De nombreux enseignants bouddhistes donnent généralement des malas à leurs étudiants et à leurs visiteurs. Les enseignants bouddhistes sont souvent invités à bénir un nouveau mala. Ceci est généralement accompli par l'enseignant qui récite simplement quelques mantras et souffle avec souffle sur le nouveau mala. L'enseignant peut également frotter les perles entre ses mains et réciter des mantras en passant d'une perle à l'autre pour terminer un tour du mala. Il y a aussi plus de rituels impliqués, de pratiques de visualisation et de mantras spécifiquement utilisés pour la bénédiction d'un nouveau mala. Si un mala est sérieusement souillé ou endommagé, il est également recommandé de le bénir de nouveau par son propriétaire ou un enseignant bouddhiste.

Les malas sont généralement réimprimés après une utilisation répétée et certains textes donnent des explications très détaillées sur la création de la ficelle à partir de neuf longueurs de fil individuelles, puis tordues ensemble avant l’ajout des perles. La famille d'un pratiquant décédé pourrait transmettre le mala à un autre membre de la famille ou peut-être le mala pourrait-il être vendu. Les perles de prière d'un pratiquant très respecté sont souvent conservées et traitées comme des objets sacrés par la famille ou les étudiants. Parfois, le mala est divisé et les perles sont données à titre de bénédiction aux étudiants les plus âgés et aux bienfaiteurs.

Ils sont différents méthodes et techniques d'utilisation d'un mala. Selon le Dakarnava Tantra la main droite est placée paume vers le haut sur les genoux pour tenir les perles de prière. La main gauche est maintenue au cœur, la paume de la main tournée vers le mala. Les perles sont directement à l'avant et tirées d'en bas avec le pouce en forme de crochet, comme si elles étaient tirées de l'extérieur et directement dans le cœur. Une ronde ou une ronde complète des perles de prière signifie que chaque perle a été utilisée dans le processus de récitation. Lorsque la perle de tête est atteinte, elle n’est ni comptée ni franchie. Le mala est tourné à la main et les perles continuent à être comptées de manière continue. Le pouce et l'index sont utilisés pour les activités pacifiques, le majeur pour les activités croissantes, le majeur pour les activités puissantes et le petit doigt pour les activités courroucées. Certaines traditions estiment que l’index ne devrait généralement pas être utilisé pour compter les billes, ce qui donne la préférence au majeur. La raison en est que l'index des deux mains est couramment utilisé pour pointer du doigt et comme geste accusatoire.

Le Gyalwa Karmapa du Tibet est célèbre pour son rituel de chapeau noir où la main droite place et tient le chapeau à la tête. La main gauche saisit un mala en cristal (ou en verre) au cœur tout en récitant des mantras.

Mala étiquette est très similaire à d'autres objets religieux et rituels et leur traitement. Les perles de prière ne doivent jamais être placées dans un endroit considéré comme sale, comme le sol, une chaise ou même un lit. Il ne faut pas y marcher, ni y marcher, pour calculer des sommes ou les finances du ménage. En général, il n'est pas approprié de toucher ou de manipuler le mala d'une autre personne. De nombreux pratiquants ont plusieurs ensembles de perles de prière utilisées à des fins différentes. Souvent, lorsqu'un pratiquant est à l'extérieur ou en public et compte habituellement les perles ou porte le mala, cet ensemble de perles de prière est destiné à un usage extérieur et public. Lorsque le praticien pratique les pratiques quotidiennes prescrites dans la solitude et l'intimité de son propre domicile en effectuant une, deux ou trois séances par jour, un autre mala est utilisé. Ce mala privé est conservé avec les livres de prières et de méditation et discret et caché pour une pratique plus sérieuse et intense.

Avec des pratiques tantriques particulières, les vœux et les observances peuvent obliger le praticien à garder le mala pour cette pratique dans le plus strict secret, à l'abri des regards, et éventuellement lié lorsqu'il n'est pas utilisé dans une forme nouée spéciale. Ce mala pourrait même avoir un nombre non standard de perles. Les exceptions pour certains types de pratiques tantriques ne sont pas rares.

Les pratiquants recueillent souvent un certain nombre d'ensembles de perles de prière au fil du temps. Certaines sont reçues en cadeau ou acquises dans des lieux saints tels que Bodhgaya, Sarnath ou la montagne sacrée de Wutaishan ou Omeishan en Chine. Dans beaucoup de ces endroits, des perles de prière sont vendues aux pèlerins. Parfois, les différents sites ont également développé leur propre culture de perles de prière avec un type particulier de mala fabriqué à partir d’un matériau disponible localement ou de bois. Les légendes locales aident souvent à soutenir l'importance de tels malas régionaux ou spécifiques à un site.

Des perles de prière ont également été utilisées à la fois mode et en annonçant le statut social. Plus les matériaux sont chers, plus le statut social est élevé, du moins on le souhaite. Au cours des derniers siècles, certaines des perles de prière les plus chics et les plus chères, de style himalayen et tibétain, ont été portées dans l'uniforme de ménage par les serviteurs de l'empereur de Chine au palais impérial de Beijing.

La manière actuelle de porter un mala lorsqu'il n'est pas utilisé, il est principalement dicté par l'aspect pratique et la coutume. Traditionnellement, le cordon de perles se porte autour du cou avec la perle de tête ou perle de gourou en haut et positionnée derrière le cou. Il est également courant de trouver le mala enroulé plusieurs fois autour du poignet gauche. Il est parfois coincé à l'avant de la ceinture ou de la ceinture soutenant la robe d'un moine ou d'une nonne. Le mala peut également être placé dans une poche propre ou parfois dans son propre sac. Rarement, mais parfois, si une chaîne de perles est très grosse, ce qui peut être le cas de graine de bodhi ou de rudraksha, les perles sont portées autour du cou et sous le bras droit de la même manière que si vous portiez un sac à main.

Malas et iconographie sont un couple commun dans l'art. De nombreuses divinités et personnalités religieuses populaires sont connues pour tenir ou être associé à une chaîne de perles de prière. Dans le bouddhisme, Hvashang, le patron des seize aînés, est presque toujours représenté avec un mala dans la main gauche. Un certain nombre de formes différentes de Mahakala portent un mala de crânes humains dans la main droite ou gauche. Dans la tradition hindoue Shaiva, le dieu Shiva est connu pour afficher un mala. Il est aussi spécifiquement associé à la perle rudraksha et à ses nombreux yeux. (Voir la liste des figures iconographiques).

Jeff Watt 7-2013

Bibliographie:

dpal yang dag par sbyor ba'i rgyud chen po. TBRC W25291.

dges pa rdo rje zhès bya ba'i rgyud kyi rgyal po brtag pa gnyis. TBRC W25326.

nag po chen po mgon po manga par 'byung ba zhes bya ba'i rgyud kyi rgyal po. TBRC W25348 (volume 81).

mkha '' gro rgya mtsho rnal 'byor ma'i rgyud kyi rgyal po chen po. TBRC W25282.

grags pa rgyal mtshan. rdo rje dril bu dang bgrang phreng gi de kho na nyid bzhugs. (Ouvrages collectés vol. 2, p. 391-396).

zhu chen tshul khrims rin chen. dpal phyag na rdo rje 'bjung po' dul byy kyi sgrub pa'i thabs kyi bsad pa rnam gsal nyi ma shes bya ba bzhugs donc. (sgrub thabs kun btus, vol. 6, p. 35 à 36. TBRC W19221).

Les malas sont de magnifiques beauté composés de 108 perles que les Boudhistes et les Hindous emploient depuis des siècles pour méditer. Il est utilisé pour compter les mantras (les prières en sanskrit) pendant groupes de 108 répétitions. La récitation d’un mantra est employée tel que une forme de méditation.
Selon les origines du yoga, un mantra est un mot ou bien une phrase en sanskrit qui est des pouvoirs spéciaux qui transforment la conscience, satisfont les désirs ainsi qu’à promeuvent la guérison.

La « guirlande de méditation » est ainsi la traduction littérale de ce mot d’origine sanskrit, la langue des écris religieux hindous et bouddhistes, ce qui renvoie à son usage primaire le « Japa » (type particulier de méditation où le fidèle récite des textes sacrés). Dès lors, le japa mala a pour usage à la récitation de prières mantras pendant séances de méditation.
Le Mala sert principalement à compter la répétition de récitations de mantras a l’intérieur du bouddhisme lors des prières et pendant la méditation, tandis que dans l’hindouisme ce bracelet Mala « Rudraksha » est un accessoire de protection aux vertus spirituelles avec la composition de graines d’Elaeocarpus ganitrus de tailles diverses.

Le bracelet Mala vous permet, avec l’aide de ses perles, d’estimer votre temps de méditation. Il est une valeur équitable de la durée de chacune de vos séances.

Le bracelet Mala peut aussi vous aider à travailler votre patience et votre concentration. La patience et la méditation sont deux bienfaits obligatoire à la méditation. Ce sont aussi des qualités importantes dans votre vie quotidienne et dans votre épanouissement personnel et spirituel.

Le fait d’égrener chaque lentigo permet de se recentrer. Le bracelet Mala est un appareil qui rappelle à l’essentiel en toutes circonstances.

Il est le symbole du parcours de ses chemins profonds. Il dit que ces chemins seront être traversés à l’infini en dévoilant encore de nouvelles richesses. C’est une façon de connaître que la connaissance de soi-même est Illimitée. Le développement personnel est l’art de in extenso une vie. Il est plausible de profiter de l’énergie du Mala tibétain pour optimaliser sa séance. Certains embellissement Mala permettent d’accéder plus vite à un état de sérénité profond. Ils sont également propices en or bien-être et à la relaxation.

Dans le yoga, le bracelet Mala peut aussi devenir un point de fixation. Il donne l’opportunité de rester concentré, et surtout de faire abstraction de l’environnement.

Les bijoux Yoga ont frequemment des bienfaits lithothérapie grâce aux pierres semi précieuses. Le pouvoir des pierres est très puissant sur le corps.
Voici les pierres naturelles donnant des énergies positives :
• Quartz
• Cristal
• Jaspe dalmatien
• Cornaline
• Pierre de soleil
• Agate noire
• Diamant
• Citrine
• Obsidienne
• Calcédoine
• Pierres de lave
• Pierre d ambre
• Oeil de faucon
• Jaspe jaune
• Pierre de protection
• Pierre de lune
• Turquoise
• Améthyste
• Lapis lazuli
• Aventurine
• Oeil de tigre

Ceux qui examinent les chakras les décrivent comme des organes vivants. Ils auraient pour fonction la social control de « l’énergie » entre les différentes parties du corps, et entre le corps, la terre et l’univers. Soumis aux aléas de l’individu, elles présenteraient des symptômes de rigidité ainsi qu’à d’affaissement, d’encombrement ou de perte de vitalité. Ils communiqueraient parmi eux et seraient capables de se compenser mutuellement. Réciproquement, une action « d’harmonisation énergétique » ( tel que le objectif notre bracelet ) aurait des répercussions sur les capacités de l’individu.