Limiter les droits humains des moines bouddhistes ! | Acheter Bracelet Bouddhiste

Par Chandre Dharmawardana

Pr Chandre Dharmawardana

Le ministre des "Réformes parlementaires et des médias de masse" aurait proposé un projet de loi visant à restreindre un certain nombre de droits humains dont jouit une partie de la population sri-lankaise ayant le droit de vote, à savoir les moines bouddhistes. Par exemple, ils doivent se voir refuser le droit de conduire un véhicule motorisé alors que les autres électeurs ainsi que les membres ordonnés d'autres religions ne sont pas soumis à une telle limitation. Un projet de loi encore plus étrange consiste à « les empêcher de s'engager dans la science occulte » !

Quelles sont ces « sciences occultes » ? Astrologie? Chiromancie? Chasser les démons ?, Bénir les gens ? Invoquer le pouvoir des Dieux, ou de la triple gemme (Le Bouddha, le Dhamma et la Sangha) ?

Réaliser « Deva Pooja » ou « Buddha Pooja » ? Chanter des mots qui prétendent avoir des pouvoirs spéciaux ? Fournir de telles cordes scandées (« pirith nool », bracelets), « Yantha » (amulettes et talismans) aux politiciens ? Conseiller les gens sur la question occulte de ce qu'ils doivent faire pour assurer une bonne vie après la naissance ? Le ministre considère-t-il « l'Ayurveda » également comme une science occulte ?

Moine" width="640" height="486" srcset="https://i0.wp.com/www.colombotelegraph.com/wp-content/uploads/2013/02/Monk.jpg?w=629&ssl=1 629w, https://i0.wp.com/www.colombotelegraph.com/wp-content/uploads/2013/02/Monk.jpg?w=300&ssl=1 300w" tailles="(max-width: 640px) 100vw , 640px" data-recalc-dims="1"/>Le fait que le ministre ait même pensé à promulguer une telle loi suggère clairement qu'il est clairement sous le contrôle de forces occultes et odieuses très dangereuses. Peut-être Beelzebub lui-même. Ce dont il a besoin, c'est organiser un "Bali-Thovil" à grande échelle au parlement même pour chasser les démons qui y ont élu domicile. Si c'est de la "science occulte", alors il devrait voir d'autres spécialistes à Mulleriyawa ou à Angoda.</p>
<p>Cela signifie-t-il que les prêtres d'autres religions peuvent pratiquer leurs versions des sciences occultes alors que les moines bouddhistes ne le peuvent pas ? Il est bien connu que le pape François a récemment appelé ses prêtres à revenir à la tradition essentiellement médiévale de « chasser les démons » et les « mauvais esprits ». En juin 2015, le pape François a officiellement reconnu l'Association internationale des exorcistes (IAE), un groupe de prêtres comptant des membres dans 30 pays, ce qui en fait une entité pontificale. Les chrétiens évangéliques et d'autres groupes ont également leurs IAE, leurs traditions spécifiques de bénédiction de nouvelles maisons et de chasse aux « mauvais esprits », de parler en langues, etc. La sainte messe est une pratique occulte où l'on nous dit que le pain devient chair et le vin devient sang . Alors, sont-ils libres d'administrer de tels services alors que les moines bouddhistes en sont empêchés par décret parlementaire ?</p>
<p>Qu'en est-il des Kururals, Swamijis et autres prêtres hindous qui pratiquent des pratiques occultes à Kovils ? Lorsque le Poosari récite des « strophes sacrées » et invoque des esprits occultes en utilisant des cloches, des mudras, des mantras et des hymnes, il s'engage dans la « science occulte ». Qu'en est-il de prendre du «prasad» ou de s'engager dans des bajams, des danses endiablées et des sacrifices d'animaux à la divinité ? Toutes ces pratiques occultes sont-elles autorisées pour toutes les autres confessions mais ne sont-elles pas autorisées pour leurs manifestations dans le bouddhisme populaire ? Si quelqu'un pense que ce n'est "pas du pur bouddhisme", cela devrait être abordé avec les moines érudits, et non avec un parlement dont la majorité n'aurait même pas atteint le niveau A.</p>
<p>Alors qu'en est-il de ces rares moines bouddhistes ou prêtres d'autres confessions qui peuvent s'essayer à la mécanique quantique et à la relativité, en utilisant le langage ésotérique des mathématiques ? Cela peut sembler une « science occulte » pour beaucoup de gens. Le professeur Polkinghorne, un physicien théoricien que j'ai connu un peu pendant mes études à Cambridge, est aujourd'hui devenu pasteur anglican et théologien. Il affirme que toute connaissance est occulte, et que sa meilleure présentation se trouve dans le ministère anglican !</p>
<p>Si le ministre veut protéger le public contre les fraudes et les charlatans, la loi doit être appliquée indépendamment de la religion ou du système de croyance d'une personne. Si une personne pratique la « science occulte » et ne fait pas de mal aux autres, alors ce n'est pas l'affaire du ministre. S'il s'agit d'un problème qui affecte la nature et le style du bouddhisme monastique, alors c'est sûrement aux moines de s'en occuper, et le ministre n'a rien à faire là-bas, pas plus qu'il ne devrait légiférer sur le type de physique ou de métaphysique qui devrait être pratiqué par des gens comme John Polkinghorne.</p>
<div class=Impression conviviale, PDF et e-mail

L’histoire du bracelet bouddhiste remonte à approximativement 3.000 ans. Il est lié à la naissance beaucoup de courants spirituels tel que le bouddhisme et l’hindouisme. En effet, il s’agit d’un objet à usage spirituel. On l’utilisait durant séances de prières méditation.
Pour ce qui est de l’origine du bracelet, il est difficile de donner des nouvelle précises. Mais il s’avère qu’il provient de l’Inde. Selon la tradition, il est composé de 108 perles. Mais n’est plus respectée pendant fabricants.
Le bracelet bouddhiste en bois est l’allure d’une rosaire, un chapelet formé chez 150 grains. En somme, il ressemble à une sorte de guirlande de sommaire billes. Bijou spirituel, le bracelet bouddhiste en bois reste un symbole du bouddhisme.
En effet, le bracelet est de plus en plus court actuellement. Il compte entre 10 et 20 perles. Notons que le bijou est fait avec des matières naturelles. Certains modèles sont en bois de santal, d’autres sont en pierre de différentes couleurs. Le bijou comporte aussi une gri-gri et un fermoir conique.
Autrefois, le bracelet était porté pour chasser les mauvais réflexion et les infortunes. Dans années 50, l’utilisait en qu’ornements pendant périodes festives.
Dans le de diffusion de cet religion, ce bracelet bouddhiste a connu des modifications afin de devenir un accessoire or goût de tous. Ainsi, des formes plus simples et plus sophistiquées ont vu le jour. Il s’agit au contraire du bracelet shamballa et du bracelet Reiki à 7 chakras .

Les bracelets et perles ont beaucoup d’importance dans la culture bouddhiste. Ils sont utilisés pour prier, bouquiner des mantras et effectuer des rituels.
Ils sont souvent composés de pierres naturelles, des pierres semi-précieuses disposant d’une énergie positive. On peut retrouver la pierre semi précieuse de :
• Amazonite
• Obsidienne
• Quartz rose
• Labradorite
• Cristal
• Quartz
• Turquoise
• Lapis lazuli
• Oeil de tigre
• Lazuli
• Améthyste
Porté autour du poignet, les parure bouddhistes vont avoir des bienfaits lithothérapie et spirtituelles sur certaine partie du corps.
De plus, ces bracelets et perles portent des inusitée importantes, le message pour entiers les personnes qui apprécient de la doctrine bouddhiste.

Le bracelet est une version plus succinct des perles normales qui est la même signification et transmet le même message.

Le bracelet n’est pas seulement un accessoire fantaisiste, par contre aussi un symbole de la foi.

Le tarif d’un bracelet tibétain varie selon le fournisseur auprès duquel vous vous approvisionnez. Vu grande valeur, le prix peut bien s’élever à des milliers d’euros. Vous avez même la possibilité de désigner votre bracelet tibétain.

En effet, décoration bouddha sont de véritables fontaine de bien-être. Si vous devez parler en public parmi exemple, il assez de seconder un bijou en calcédoine or poignet.
Cela vous donne l’opportunité d’avoir une bonne élocution et d’éviter le bégaiement. En revanche, un modèle en chrysocolle vous permettra de garder la « tête froide ».

Plus qu’un phénomène de mode, le bijou tibétain est un phénomène instructif en or Tibet et en or Népal, et intégralement dans achevés pays asiatiques de laquelle la culture est tout tournée vers la spiritualité.
Les femme tibétaines et népalaises attachent une grande importance à apparence, se parant ainsi de joyaux ornés de pierres naturelles ou bien de symboles spirituels forts, tels les signes auspicieux ou bien les mantras bouddhistes (souvent deux).