Le Bindi et l'entrevue d'emploi | Bracelet Zen

Au cours de l'été, j'ai quitté mon travail de bureau pour écrire à temps plein. Il s’avère que j’étais un peu prématuré dans cette décision et que notre budget est beaucoup trop serré pour le confort actuel. J'ai donc commencé à chercher un emploi à temps partiel près de chez nous pour compléter mon revenu d'écriture. Ce devait être à temps partiel et assez proche de notre maison pour que je puisse marcher parce que mon mari et moi partageons une voiture.

Alors que je mettais des applications chez Target, Subway, Game Stop et dans les épiceries, je commençais à me demander si je portais un bindi à temps plein. C’est très important pour moi d’être visible en tant qu’indien. Principalement parce que je pense que les hindous sont plutôt invisibles en Amérique et que beaucoup d’Américains non indiens ne savent même pas qu’ils connaissent un hindou! Je pense que montrer son hindouisme de manière subtile tout en vivant sa vie normale aide à dissiper les stéréotypes sur l’indouisme et permet aux non-hindous de voir que nous sommes de gentils gens normaux avec lesquels ils peuvent s’identifier.

Mais maintenant, j'étais confronté à la possibilité d'une discrimination. Ma petite famille vraiment besoin de moi pour obtenir un travail. Et il y avait des options limitées assez proches pour aller à pied. Est-ce que je ne devrais pas enlever le bindi au cas où il serait rebutant? Techniquement, les personnes qui embauchent ne peuvent pas discriminer sur la base de leur religion, mais elles ne pourraient tout simplement pas m'engager sans motif.

Rester visible en tant qu'hindou et maintenir ma pratique du port quotidien de bindi valait-il la possibilité de perdre un emploi potentiel?

Le bindi n'est pas requis. Ce n’est mandaté par personne. Je pourrais juste l'enlever. Et exercez le privilège injuste que je dois instantanément passer pour les non-hindous.

Lorsque l'appel a eu lieu pour une entrevue, j'ai décidé de ne pas me changer. J'ai décidé qu'il était important pour moi de placer mon argent là où ma bouche était, et de rester fidèle aux raisons pour lesquelles j'ai commencé à porter le bindi. Ce n’est pas seulement pour quand c’est facile. Ce n’est pas seulement pour quand je n’ai rien à perdre. Je refuse de retirer mon identité hindoue quand cela me convient.

J'ai mis une petite touche de sindoor et utilisé mon bindi liquide pour faire un très petit point rouge et je suis allé pour mon interview.

Incroyablement quand je suis arrivé, la femme qui a interviewé était aussi hindoue! Elle portait un collier en or Radha & Krishna et nous avons parlé de l’Inde (du Gujarat) et de la religion. C'était très agréable. En fin de compte, ils étaient assez désespérés pour les gens et il n’a jamais été question que je sois embauché. J'ai commencé le lendemain.

Alors maintenant, je suis commis à la caisse dans une épicerie et la question du port du bindi dans la vie professionnelle ne fait que commencer.

Le premier jour, un client m'a posé des questions sur le sindoor et la différence entre cela et le bindi et ce que tout cela signifiait. Il était profondément déplacé de parler d’hindou au travail et avec les clients. Pourtant, porter le bindi invite aux questions et à la curiosité.

Une fois que le client a quitté l’un de mes collègues de travail qui m’entraînait, il a voulu en savoir plus. "Je ne connais rien à l'hindouisme", a-t-elle avoué. "S'il vous plaît, parlez-moi de ça." Même si j'étais heureuse de dissiper les idées fausses, il était toujours mal de parler de cela au travail.

Je me sentais encore plus tenté d'enlever le bindi. Au lieu de cela, je l'ai faite aussi petit que possible et aussi près que possible de mes lunettes! Cela n’a pas été explicitement mentionné depuis, mais j’ai bien remarqué que les clients effectuaient une double prise s’ils me regardaient alors que je traitais leur commande.

Je suis encore incertain à ce sujet.

Depuis quelques jours que je suis entré, une carte postale sur le registre annonçait un service religieux et cela me mettait très mal à l'aise. Le lieu de travail n’est pas le bon endroit pour partager les annonces de l’église. J'en ai jeté un. J'ai pensé à me plaindre. Je me suis demandé si ce que je fais de mon Hinduness visible est tout aussi mauvais. Je me rappelle que les musulmans sont autorisés à porter le hijab au travail. Et les chrétiens sont autorisés à porter des croix. Et les Juifs sont autorisés à porter des étoiles de David et des kippot / yarmulkes.

Toutes ces choses sont des expressions de foi plus communes que les gens ont l’habitude de voir. Ils ne collent donc pas autant qu’un bindi, ce qui est si rare en Amérique. Pourtant si Nous, Hindous, ne portons pas fièrement les symboles de notre foi, ils ne deviendront jamais banals.. J'espère que plus de gens se joindront à moi pour porter un petit bindi jusqu'à ce qu'il ne devienne plus remarquable! Je me rends compte que tout le monde ne peut pas faire le choix que j'ai fait mais j'espère que cela permettra aux autres Hindous de se sentir en sécurité et à l'aise d'exprimer leur foi et leur culture (plus à ce sujet demain!)

Non, ce n’est pas moi au travail. J'ai un uniforme!

Les malas sont de magnifiques ornement composés de 108 perles que les Boudhistes et les Hindous emploient depuis des siècles pour méditer. Il est employé pour compter les mantras (les prières en sanskrit) pendant groupes de 108 répétitions. La récitation d’un mantra est employée comme une forme de méditation.
Selon les origines du yoga, un mantra est un mot ou une phrase en sanskrit qui a des avantages spéciaux qui transforment la conscience, satisfont les désirs ainsi qu’à promeuvent la guérison.

La « guirlande de méditation » est ainsi la traduction littérale de ce mot d’origine sanskrit, la langue des textes religieux hindous et bouddhistes, ce qui renvoie à son utilisation première le « Japa » (type particulier de méditation où le fidèle récite des textes sacrés). Dès lors, le japa mala a pour usage à la récitation de prières mantras pendant séances de méditation.
Le Mala sert principalement à compter la répétition de récitations de mantras a l’intérieur du bouddhisme lors des prières et pendant la méditation, tandis que dans l’hindouisme ce bracelet Mala « Rudraksha » est un objet de protection aux bienfaits spirituelles avec la composition de graines d’Elaeocarpus ganitrus de tailles diverses.

Le bracelet Mala permet, grâce à ses perles, d’estimer votre temps de méditation. Il est une valeur équitable de la durée de chacune de vos séances.

Le bracelet Mala peut aussi vous aider à étudier votre patience et votre concentration. La patience et la concentration sont deux vertus obligé à la méditation. Ce sont aussi des qualités importantes dans votre vie de tous les jours et dans votre épanouissement personnel et spirituel.

Le fait d’égrener tout germe permet de se recentrer. Le bracelet Mala est un outil qui rappelle à l’essentiel en toutes circonstances.

Il est le symbole du parcours de ses chemins intérieurs. Il dit que ces chemins peuvent être traversés à l’infini en dévoilant toujours de nouveaux trésors. C’est une façon d’apprendre que la connaissance de soi est sans limite. Le développement personnel est l’art de accompli une vie. Il est plausible de profiter de l’énergie du Mala tibétain pour maximiser sa séance. Certains décoration Mala permettent d’accéder plus rapidement à un état de sérénité intérieur. Ils sont également propices or bien-être et à la relaxation.

Dans le yoga, le bracelet Mala peut aussi devenir un point de fixation. Il permet de rester concentré, et particulièrement d’effectuer abstraction de l’environnement.

Les bijoux bracelet Yoga ont frequemment des vertus lithothérapie grâce aux pierres semi précieuses. Le pouvoir des pierres est très puissant sur le corps.
Voici les pierres naturelles donnant des énergies positives :
• Quartz
• Cristal
• Jaspe dalmatien
• Cornaline
• Pierre de soleil
• Agate noire
• Diamant
• Citrine
• Obsidienne
• Calcédoine
• Pierres de lave
• Pierre d ambre
• Oeil de faucon
• Jaspe jaune
• Pierre de protection
• Pierre de lune
• Turquoise
• Améthyste
• Lapis lazuli
• Aventurine
• Oeil de tigre

Ceux qui examinent les chakras décrivent comme des organes vivants. Ils auraient pour fonction la social control de « l’énergie » entre les différentes parties du corps, et entre le corps, la terre et l’univers. Soumis aux aléas de l’individu, elles présenteraient des symptômes de rigidité et pourquoi pas d’affaissement, d’encombrement ou de perte de vitalité. Ils communiqueraient entre eux et seraient capables de se compenser mutuellement. Réciproquement, une action « d’harmonisation actif » ( comme le rêve notre bracelet ) aurait des répercussions sur les capacités de l’individu.