Japamala – Wikipedia | Achat Mala

Japa mala, en bois de tulasi, avec perle de tête au premier plan

UNE Japamala ou mala (Sanskrit:माला; mālā, sens guirlande(1)) est un collier de perles de prière couramment utilisé dans l'hindouisme, le jaïnisme, le sikhisme, le bouddhisme et le shintō(citation requise) pour la pratique spirituelle connue en sanscrit comme japa. Le chapelet est généralement composé de 108 perles, bien que d'autres numéros soient également utilisés. Les malas sont utilisés pour compter, réciter, chanter ou répéter mentalement un mantra ou le nom ou les noms d'une divinité.

Les mantras sont généralement répétés des centaines voire des milliers de fois. Le mala est utilisé pour que l'on puisse se concentrer sur la signification ou le son du mantra plutôt que de compter ses répétitions. Une répétition est généralement dite pour chaque perle en tournant le pouce dans le sens des aiguilles d'une montre, bien que certaines traditions ou pratiques puissent exiger un mouvement dans le sens contraire des aiguilles d'une montre ou l'utilisation d'un doigt spécifique. En arrivant à la perle de tête, on fait demi-tour puis on repart dans la direction opposée. Il y a généralement des nœuds entre chaque perle. Cela facilite l'utilisation du mala car les perles ne seront pas aussi serrées sur la corde lorsqu'elles seront utilisées.

Si plus de 108 répétitions doivent être effectuées, parfois, dans les traditions tibétaines, les grains de riz sont comptés avant le début du chant et un grain est placé dans un bol pour chaque répétition. Chaque fois qu'un mala complet de répétitions est terminé, un grain de riz est retiré du bol. Souvent, les praticiens ajoutent des marqueurs supplémentaires à leurs malas, généralement par tranches de dix. Ceux-ci peuvent être positionnés différemment selon la tradition; par exemple, certaines traditions placent ces cordes après chaque 10e perle. C'est un moyen alternatif de garder la trace de grands nombres, allant parfois jusqu'à des centaines de milliers, voire des millions.

La 109ème perle sur un mala est appelée perle sumeru, bindu, stupa ou guru. Le comptage doit toujours commencer par une perle à côté du sumeru. Dans la tradition hindoue, védique, si plus d’un mala de répétitions doit être fait, l’on change de direction lorsque l’on atteint le sumeru plutôt que de le traverser.

Il existe de nombreuses explications expliquant pourquoi il existe 108 perles, le numéro 108 ayant une signification religieuse particulière dans un certain nombre de traditions hindoues, bouddhistes et jaïnes.

  • 27 constellations x 4 padas (parties) = 108
  • 12 maisons zodiacales x 9 planètes = 108
  • Upanishads ou les Ecritures des Védas = 108
  • Arihantas 12, Siddhas 8, Aacharya 36, ​​Upadyayas 25 et Sadhus 27 présentent des qualités ou des caractéristiques particulières, pour un total de 108.(2)

Ainsi, lorsque nous récitons ou recomptons le numéro 108, nous nous souvenons réellement de l'univers tout entier. Cela nous rappelle que le moi universel est omniprésent, c'est-à-dire sa nature innée.(3)

Variations d'utilisation(modifier)

Selon certaines traditions hindoues, la manière correcte d'utiliser un mala est d'utiliser la main droite, le pouce glissant d'une perle à l'autre et le mala drapé sur le majeur. L'index représente l'ego, le plus grand obstacle à la réalisation de soi. Il est donc considéré comme préférable d'éviter de chanter un mala.

Dans le nord-est de l'Inde, en particulier dans les traditions shakta du Bengale occidental et d'Assam, le mala est souvent drapé sur l'annulaire de la main droite, avec des perles déplacées du majeur à l'aide du pouce en évitant l'utilisation de l'index. . Cependant, placer le mala sur le majeur et utiliser le pouce pour déplacer les perles est également acceptable dans ces régions.

Matériaux(modifier)

Une grande variété de matériaux sont utilisés pour fabriquer des perles de mala. Les perles faites à partir des graines de l'arbre de rudraksha sont considérées comme sacrées par les dévots de Siva, Saivas, tandis que les perles faites à partir du bois de la plante de tulsi sont utilisées et vénérées par les adeptes de Vishnu, Vaishnavas. Parmi les autres perles courantes, citons le bois ou les graines de bois de santal ou de bodhi et les graines de Lotus. Certaines traditions bouddhistes tibétaines préconisent l'utilisation d'os d'animaux (le plus souvent de yak), ceux des anciens lamas étant les plus précieux. Des pierres semi-précieuses telles que la cornaline et l'améthyste peuvent également être utilisées. Dans le tantra hindou, ainsi que dans le tantra bouddhiste (ou Vajrayana), les matériaux et les couleurs des perles peuvent correspondre à une pratique spécifique, comme dans l'hindouisme, le hakik rouge et noir pour taamsik sadhna sphatik ou le quartz servant à prier n'importe quel dieu, la pierre moonga rouge principalement pour louer. hanuman

Voir également(modifier)

Références(modifier)

  • Apte, V.S. (1965), Dictionnaire pratique sanscrit (Quatrième édition révisée et élargie), Delhi: Motilal Banarsidass Publishers, ISBN 81-208-0567-4
  • Dubin, L.S. (2009). Chapelet de prière. Dans C. Kenney (Ed.), L'histoire des perles: de 100 000 av. au présent (Éditions révisée et augmentée) (pp. 79–92). New York: Abrams Publishing.
  • Henry, G. et Marriott, S. (2008). Perles de foi: Chemins vers la méditation et la spiritualité à l'aide de chapelets, de perles de prière et de mots sacrés. Fons Vitae Publishing.
  • Untracht, O. (2008). Chapelets de l'Inde. Dans H. Whelchel (Ed.), Bijoux traditionnels de l'Inde (pp. 69–73). New York: Thames & Hudson, Inc.
  • Wiley, E. et Shannon, M.O. (2002). Une ficelle et une prière: comment fabriquer et utiliser des perles de prière. Roue Rouge / Weiser, LLC.

Liens externes(modifier)


Les malas sont de magnifiques beauté composés de 108 perles que les Boudhistes et les Hindous emploient depuis des siècles pour méditer. Il est employé pour compter les mantras (les prières en sanskrit) selon groupes de 108 répétitions. La récitation d’un mantra est utilisée tel que une forme de méditation.
Selon les origines du yoga, un mantra est un mot et pourquoi pas une phrase en sanskrit qui a des avantages spéciaux qui transforment la conscience, satisfont les désirs ou bien promeuvent la guérison.

La « guirlande de méditation » est ainsi la traduction littérale de ce mot d’origine sanskrit, la langue des écris sacré hindous et bouddhistes, ce qui renvoie à son usage primaire le « Japa » (type particulier de méditation où le fidèle récite des textes sacrés). Dès lors, le japa mala sert à la récitation de prières mantras pendant séances de méditation.
Le Mala sert principalement à compter le nombre de récitations de mantras dans le bouddhisme pendant les prières et de la méditation, pendant que dans l’hindouisme ce bracelet Mala « Rudraksha » est un accessoire de protection aux vertus spirituelles composé de graines d’Elaeocarpus ganitrus de tailles diverses.

Le bracelet Mala vous permet, avec l’aide de ses perles, d’estimer votre temps de méditation. Il est une valeur objective de la durée de chacune de vos séances.

Le bracelet Mala peut aussi vous aider à travailler votre patience et votre concentration. La patience et la méditation sont de deux ans bienfaits essentiel à la méditation. Ce sont aussi des qualités considérables dans votre vie de tous les jours et dans votre développement personnel et spirituel.

Le fait d’égrener chacun germe donne l’occasion de se recentrer. Le bracelet Mala devient un engin qui rappelle à l’essentiel en toutes circonstances.

Il est le symbole du parcours de ses chemins profonds. Il dit que ces chemins peuvent être traversés à l’infini en dévoilant encore de nouvelles richesses. C’est une façon de connaître que la connaissance de soi est sans limite. Le développement personnel est l’art de parfait une vie. Il est possible de profiter de l’énergie du Mala tibétain pour maximiser sa séance. Certains décoration Mala permettent d’accéder plus rapidement à un état de sérénité intérieur. Ils sont aussi propices or bien-être et à la relaxation.

Dans le yoga, le bracelet Mala permet aussi devenir un point de fixation. Il donne l’occasion de rester concentré, et particulièrement de réaliser abstraction de l’environnement.

Les bijoux bracelet Yoga ont frequemment des bienfaits lithothérapie grâce aux pierres semi précieuses. Le pouvoir des pierres est très puissant sur le organisme.
Voici les pierres naturelles donnant des énergies positives :
• Quartz
• Cristal
• Jaspe dalmatien
• Cornaline
• Pierre de soleil
• Agate noire
• Diamant
• Citrine
• Obsidienne
• Calcédoine
• Pierres de lave
• Pierre d ambre
• Oeil de faucon
• Jaspe jaune
• Pierre de protection
• Pierre de lune
• Turquoise
• Améthyste
• Lapis lazuli
• Aventurine
• Oeil de tigre

Ceux qui examinent les chakras les décrivent tel que des organes vivants. Ils auraient pour fonction la social control de « l’énergie » entre différentes parties du corps, et entre le corps, la terre et l’univers. Soumis aux aléas de l’individu, ils présenteraient des symptômes de rigidité ainsi qu’à d’affaissement, d’encombrement et pourquoi pas de perte de vitalité. Ils communiqueraient entre eux et seraient capables de se compenser mutuellement. Réciproquement, une action « d’harmonisation actif » ( tel que le résultat notre bracelet ) aurait des répercussions sur les capacités de l’individu.