Exposition d’art bouddhiste du musée de Newark organisée en exclusivité pour le … | Bracelet Bouddha

Attribué à Gyeju (environ 1680 fleuri). Bouddha assis, Corée, XVIIe siècle, période Joseon (1392-1912). Bois, laque, or et cristal de roche. Musée de Newark, Achat 2013 Fonds M. et Mme William V. Griffin, 2013.26

Organisé par le Newark Museum exclusivement pour le Frist Center, Les secrets de l'art bouddhiste: le Tibet, le Japon et la Corée explore l'une des plus grandes religions du monde à travers des peintures et des sculptures d'artistes japonais, coréens et tibétains. Exposée à la galerie Ingram du Centre du 10 février au 7 mai 2017, l'exposition présente 109 peintures et sculptures issues de la collection d'art bouddhiste de renommée mondiale créée par le Newark Museum entre la fin du XIIIe siècle et le début du XXe siècle.

Secrets de l'art bouddhiste fournit une compréhension de base du fonctionnement de ces objets artistiques au sein de la branche vajrayana «secrète» du bouddhisme. Entre le quatrième et le troisième siècle avant notre ère, le bouddhisme s'est scindé en deux branches principales: le Mahayana et le Theravada. Sept siècles plus tard, au troisième siècle, une troisième forme, appelée Vajrayana, s'est levé dans la branche de Mahayana. Cette école ésotérique domine la pratique tibétaine et est également importante au Japon. Ses fidèles participent à des cérémonies d'initiation et d'habilitation, tenues secrètes des personnes extérieures. «Pour comprendre ces secrets, il est essentiel d'étudier la diversité des figures humaines et divines du bouddhisme ésotérique, ainsi que la richesse et la richesse des vocabulaires de motifs qui instruisent et aident les pratiquants», a déclaré Katherine Anne Paul, conservatrice, Arts of Asia. , Musée de Newark.

Cette exposition marque la première fois qu’une sélection d’art coréen traditionnel, y compris une représentation majeure des montagnes de diamants Geumgangsan sur un écran pliant, ainsi que 15 autres œuvres, sera présentée à Nashville. «Les regroupements thématiques d’objets transcendent les frontières nationales et incitent les spectateurs à comparer les interprétations du bouddhisme de chaque culture avec leurs formes et styles esthétiques distinctifs», a déclaré Katie Delmez, conservatrice du Frist Center.

Les images du Bouddha historique, né à Siddhartha Gautama au VIe siècle avant notre ère dans le Népal actuel, sont répandues dans le monde bouddhiste, tout comme les représentations de grands événements de ses nombreuses vies, en particulier sa naissance miraculeuse, son départ de la maison, son accomplissement de l'illumination , premier sermon à Deer Park, et réalisation du nirvana lors de sa mort finale.

Les pratiques bouddhistes du Tibet, du Japon et de la Corée sont également peuplées d'autres bouddhas non historiques ainsi que de nombreux bodhisattvas. «Les bodhisattvas sont des figures spirituellement réalisées qui ont atteint l’illumination, mais qui ont reporté nirvana (la cessation de l'existence cyclique) pour aider d'autres êtres sensibles jusqu'à ce que tous soient éclairés », a déclaré Paul. «En art, les bodhisattvas se distinguent souvent des bouddhas par des bijoux – diadèmes, boucles d'oreilles, colliers, bracelets, bracelets, bracelets de cheville – et par des vêtements luxueux qui défient la gravité et flottent autour d'eux."

Secrets de l'art bouddhiste comprend des sections qui examinent comment le bouddhisme explique le cycle de la naissance, de la mort et de la renaissance et quel Bouddha et bodhisattvas sont vénérés pour promouvoir la bonne santé, la longévité et une richesse accrue. L'exposition présente également des portraits d'enseignants et d'étudiants provenant non seulement de régions et d'époques différentes, mais également de différentes écoles bouddhistes de chaque région. Les deux ensembles complets de peintures biographiques sont particulièrement rares pour toute collection de musée. Les hagiographies détaillées (biographies de saints) comprennent quinze peintures tibétaines illustrant la vie de Tsongkhapa et quatre peintures japonaises illuminant la vie de Tokuhon.

Des moines tibétains vont créer un mandala dans la galerie de l'éducation

En tant que composant vedette de la galerie d’éducation de l’exposition, Rituel en action: faire une peinture au sable de mandala, sept moines tibétains du monastère de Drepung Loseling en Inde vont construire un mandala avec des millions de grains de sable coloré. Les mandalas sont des dessins circulaires élaborés destinés à représenter l'univers ou un ordre cosmique. La fabrication de mandalas de sable temporaires est une expression de la dévotion propre au bouddhisme tibétain. «Le mandala se connecte aux œuvres d'art les plus anciennes et nous rappelle qu'il s'agit d'une pratique vivante», a déclaré Delmez.

À partir du vendredi 10 février, les visiteurs pourront regarder les moines travailler pendant cinq jours consécutifs. Le mandala restera visible pendant toute la durée de l'exposition. Le dimanche 7 mai, les moines reviendront pour la Journée de la fête de la famille organisée par le Frist Center, détruisant rituellement le mandala lors d’une cérémonie de clôture qui symbolisera l’impermanence.

Symposium d’études asiatiques de l’Université Belmont


Représentations du bouddhisme, le symposium d’études asiatiques 2016-2017 de l’Université Belmont à Nashville, aura lieu du lundi au vendredi 13 février au 17 février et appuiera Les secrets de l'art bouddhiste: le Tibet, le Japon et la Corée, avec des intervenants sur les différentes facettes du bouddhisme dans les domaines de l’art, de la littérature, de la culture populaire, de l’activisme social et des parcours personnels.

Programmes publics

Vendredi 10 février
le midi

Point de vue du conservateur: "Dégager les secrets de l’art bouddhiste: le Tibet, Japon et Corée »présenté par Katherine Anne Paul, PhD, conservatrice, Arts of Asia, Newark Museum

Auditorium Frist Center
Libre; premier arrivé, premier assis

Rejoignez la conservatrice Katherine Anne Paul pour une conférence illustrée qui présentera l’esthétique époustouflante de l’art bouddhiste. Paul traduira également d’importants vocabulaires visuels employés pour communiquer le bouddhisme. La discussion se terminera par la visite virtuelle d’un mandala (représentations circulaires de l’univers). Après la conférence, rejoignez-nous pour la cérémonie d’ouverture d’une peinture sur sable au mandala bouddhiste tibétain que les moines tibétains créeront dans la galerie de l’éducation de Secrets de l'art bouddhiste. Venez expérimenter les rituels bouddhistes et l'art en action.

Vendredi 10 février –
Mardi 14 février

Peinture de mandala de sable mettant en vedette les arts mystiques du Tibet
Cérémonie d'ouverture: le 10 février à 13h30
Frist Center Ingram Galerie
Admission de la galerie requise; membres gratuits

Dans le cadre de notre présentation de Secrets de l'art bouddhiste, le Frist Center accueille les Arts mystiques du Tibet, une compagnie itinérante de moines du monastère de Drepung Loseling (exilée du Tibet et actuellement basée dans le sud de l'Inde). Pendant cinq jours, les moines travailleront dans la galerie d’éducation de l’exposition, en versant méticuleusement des millions de grains de sable dans un motif sacré élaboré qui invoque le Bodhisattva de la Compassion. Leur résidence commencera par une cérémonie d'ouverture colorée mettant en vedette le chant multiphonique et les instruments de musique tibétains traditionnels. La cérémonie sera suivie du «Dessin des lignes», un processus exigeant au cours duquel le dessin du mandala est tracé. Réservez la date du dimanche 7 mai, lorsque les moines reviendront le jour de la fête de la famille pour détruire le mandala selon un autre rituel magnifique.

13-17 février

Représentations du bouddhisme– Symposium d'études asiatiques de l'Université de Belmont

Libre

Les écrivains, les pèlerins, les fidèles et les artistes ont représenté les aspects de la tradition et de la croyance bouddhistes de multiples façons et à partir de différentes perspectives. Représentations du bouddhisme, le Symposium sur les études asiatiques 2016-2017 à l'Université Belmont, est conçu pour examiner cet éventail remarquable de ressources et de représentations. Le symposium est intentionnellement construit pour soutenir l'exposition du Frist Center Les secrets de l'art bouddhiste: le Tibet, le Japon et la Corée. La commissaire organisatrice, Katherine Anne Paul, ouvrira la conférence avec un article intitulé «Vivre l'enfer et le paradis: l'art des renaissances bouddhistes». D'autres orateurs souligneront les différentes facettes du bouddhisme dans l'art, la littérature, la culture populaire, l'activisme social et les voyages personnels. . Visitez belmont.edu/asian-studies/symposium pour le programme complet.

Jeudi 20 avril

Tournée du conservateur: Secrets de l'art bouddhiste

le midi

Présenté par Katie Delmez, conservatrice, Centre Frist pour les arts visuels

Rejoignez la commissaire de l'exposition, Katie Delmez, alors qu'elle discute de certaines œuvres d'art et partage les significations puissantes de leurs visuels saisissants.

Crédit d'exposition
Cette exposition a été organisée par le Newark Museum.

Reconnaissance du sponsor
Le Centre Frist pour les arts visuels remercie chaleureusement nos sponsors: Platinum, la Fondation HCA pour le compte de HCA / TriStar Health; En soutenant la Fondation Nissan et la Fondation Corée; Hospitalité, Union Station Hotel. Nous remercions également nos mécènes 2017 Frist Gala Nirvana et Mandala Society. Le Frist Center bénéficie en partie du soutien de la Metro Nashville Arts Commission, de la Tennessee Arts Commission et du National Endowment for the Arts.

~ ~ ~ ~

À propos du Frist Center
Accrédité par l'Alliance américaine des musées, le Frist Center for the Visual Arts est un centre d'art sans but lucratif 501 (c) (3) dédié à la présentation et à la création d'expositions de grande qualité avec des programmes éducatifs connexes et des activités de sensibilisation communautaire. Situé au 919 Broadway, dans le centre-ville de Nashville, dans le Tennessee, le Frist Center propose des expositions d'arts visuels issus des sources locales, régionales, nationales et internationales, qui inspirent les visiteurs à travers l'art à regarder leur monde d'une nouvelle manière. La galerie Martin ArtQuest du Frist Center propose des stations interactives relatives aux expositions du Frist Center. Des informations sur l'accessibilité sont disponibles à l'adresse fristcenter.org/accessibility. L'entrée dans la galerie est gratuite pour les visiteurs de 18 ans et moins et pour les membres. 12 $ pour les adultes; 9 $ pour les aînés et les étudiants avec carte d'identité; et 7 $ pour les militaires actifs. Les étudiants sont admis gratuitement les jeudis et vendredis soirs (à l'exception des vendredis premiers vendredis), à 17h00.21h00. Les galeries, le café et la boutique de souvenirs sont ouverts sept jours sur sept: du lundi au mercredi et le samedi de 10h00 à 23h00.17h30.; Les jeudis et vendredis, 10h0021h00.; et le dimanche, 1h0017h30, ouverture du café à midi. Pour plus d'informations, appelez le 615.244.3340 ou visitez le site fristcenter.org.


L’histoire du bracelet bouddhiste remonte à approximativement 3.000 ans. Il est lié à la naissance beaucoup de courants spirituels comme le bouddhisme et l’hindouisme. En effet, il s’agit d’un objet à usage spirituel. On l’utilisait durant séances de prières méditation.
Pour ce qui est de l’origine du bracelet, il est difficile de proposer des inconnue précises. Mais il s’avère qu’il provient de l’Inde. Selon la tradition, il sera composé de 108 perles. Mais elle n’est plus respectée chez fabricants.
Le bracelet bouddhiste en bois est l’allure d’une rosaire, un chapelet formé par 150 petits grains. En somme, il ressemble à une sorte de guirlande de lapidaire billes. Bijou spirituel, le bracelet bouddhiste en bois reste un symbole du bouddhisme.
En effet, le bracelet est de plus en plus court actuellement. Il compte entre 10 et 20 perles. Notons que le bijou est fait avec des matières naturelles. Certains modèles sont en bois de santal, quelques sont en pierre de différentes couleurs. Le bijou comporte aussi une talisman et un fermoir conique.
Autrefois, le bracelet était porté pour chasser les mauvais conscience et infortunes. Dans les années 50, l’utilisait en tant qu’ornements pendant les périodes festives.
Dans le de diffusion de ces religion, ce bracelet bouddhiste est connu des modifications afin d’être un accessoire en or goût de tous. Ainsi, des tournures plus simples et plus sophistiquées ont vu le jour. Il s’agit au contraire du bracelet shamballa et du bracelet Reiki à 7 chakras .

Les embellissement et les perles ont beaucoup d’importance dans la culture bouddhiste. Ils sont utilisés pour prier, parcourir des mantras et effectuer des rituels.
Ils sont couramment composés de pierres naturelles, des pierres semi-précieuses disposant d’une énergie positive. On peut retrouver la pierre semi précieuse de :
• Amazonite
• Obsidienne
• Quartz rose
• Labradorite
• Cristal
• Quartz
• Turquoise
• Lapis lazuli
• Oeil de tigre
• Lazuli
• Améthyste
Porté autour du poignet, bracelets bouddhistes auront des bienfaits lithothérapie et spirtituelles sur certaine partie du corps.
De plus, ces bracelets et perles portent des fraîche importantes, le message pour radicaux les personnes qui apprécient de la doctrine bouddhiste.

Le bracelet est une sortie plus écourté des perles classiques qui est la même signification et transmet le même message.

Le bracelet n’est pas seulement un accessoire fantaisiste, par contre aussi un symbole de la foi.

Le remise d’un bracelet tibétain varie selon le fournisseur auprès duquel vous vous approvisionnez. Vu leur grande valeur, le tarif peut bien s’élever à des milliers d’euros. Vous avez même la possibilité de préciser votre bracelet tibétain.

En effet, fioriture bouddha sont de véritables sources de bien-être. Si vous devez dialoguer publiquement selon exemple, il assez de persister un bijou en calcédoine d’or poignet.
Cela vous donne l’occasion d’avoir une bonne élocution et d’éviter le bégaiement. En revanche, un modèle en chrysocolle fera en sorte de garder la « tête froide ».

Plus qu’un phénomène de mode, le bijou tibétain est un véritable phénomène formateur d’or Tibet et au Népal, et globalement dans terminés pays asiatiques desquels la culture est avant tout tournée vers la spiritualité.
Les femme tibétaines et népalaises attachent une grande importance à leur apparence, se parant ainsi de joyaux ornés de pierres naturelles ou de symboles spirituels forts, tels les signes auspicieux ainsi qu’à mantras bouddhistes (souvent deux).