12 questions sur la différence, exemples | Bracelet Zen

Les influences culturelles abondent dans la nourriture que vous mangez, la musique que vous écoutez et peut-être même les vêtements que vous portez ou la décoration de votre maison.

Le partage de la culture est généralement positif. Quelqu'un qui choisit de partager des parties de sa culture peut diffuser des informations sur ses croyances, son histoire et son mode de vie.

À votre tour, vous avez l'opportunité d'en apprendre davantage sur une autre culture et de partager la vôtre également.

Cet échange peut conduire à une meilleure compréhension et à une meilleure appréciation des perspectives et des traditions différentes des vôtres.

Mais comme vous l'avez probablement appris à la maternelle, partager et prendre sont deux choses différentes.

De même, apprécier une autre culture et s'approprier des aspects de cette culture sont également deux choses très différentes, bien que beaucoup de gens ne sachent pas trop où se termine l'une et où commence l'autre.

L'appropriation se produit lorsque les membres d'une culture adoptent des aspects spécifiques d'une culture différente sans leur consentement.

Souvent, les personnes qui s'approprient appartiennent à un groupe privilégié, tandis que les personnes qu'elles prennent appartiennent à un groupe opprimé ou marginalisé.

L'appropriation culturelle conduit à un regard étroit sur les autres cultures et souvent à l'exploitation de ces cultures.

En revanche, l'appréciation implique un désir de connaissance et une compréhension plus profonde d'une culture.

Les personnes qui veulent vraiment apprécier une culture respectent les membres de cette culture et leurs traditions en participant uniquement lorsqu'elles sont invitées à le faire.

L'appréciation offre une opportunité de partager des idées et une sensibilisation culturelle.

Apprécier une autre culture implique un intérêt à en apprendre davantage sur cette culture.

Vous ne partagez vos connaissances qu'avec la permission et créditez toujours les personnes qui appartiennent à cette culture. L'appréciation culturelle implique également une juste compensation.

Si vous achetez de l'art, des vêtements ou d'autres articles, vous achetez directement auprès des créateurs. De plus, vous prenez le temps d'apprendre la signification de l'article et comment il devrait ou ne devrait pas être utilisé.

Par exemple, acheter un jeu de baguettes pour manger est parfaitement acceptable. L'utilisation de ces mêmes baguettes comme accessoire pour cheveux ne l'est pas.

En général, vous appréciez probablement une culture si vous :

  • avoir la permission d'utiliser des éléments culturels
  • les utiliser uniquement comme prévu
  • partager ces éléments afin d'aider les autres à en savoir plus sur cette culture
  • soulignez que vous n'êtes pas une autorité en matière de culture et éviter de prendre de la place aux membres de cette culture qui autrement ne pourraient pas être entendus

Quels sont quelques exemples ?

Imaginez qu'au cours d'un voyage en Chine, vous appreniez une délicieuse recette de vos hôtes. A la maison, vous préparez le même plat à partager avec vos proches, et vous expliquez les différences entre la cuisine chinoise américanisée et la nourriture que vous avez mangée lors de votre voyage.

Ou peut-être que vous recevez une invitation à un mariage musulman, vous faites donc des recherches sur les mariages traditionnels pour savoir à quoi vous attendre et comment vous habiller. Sur la base de vos recherches, vous apportez un foulard et vous couvrez la tête pour faire preuve de respect pendant le mariage.

La différence entre appropriation et appréciation peut devenir un peu compliquée.

En bref, si votre utilisation d'objets ou de pratiques culturels exploite cette culture de quelque manière que ce soit, vous vous appropriez – que vous le réalisiez ou non.

D'autres marqueurs d'appropriation incluent la présentation d'éléments d'une culture de manière à :

  • donner une perspective biaisée ou inexacte de cette culture
  • renforcer les stéréotypes
  • conflit avec l'utilisation prévue de ces éléments
  • prendre le crédit ou une compensation des créateurs originaux

Quels sont quelques exemples ?

Acheter des capteurs de rêves, des mocassins, des coiffes ou d'autres articles « d'inspiration amérindienne » produits en série dans des magasins touristiques ne vous apprend pas leur signification.

Il présente une fausse perspective selon laquelle tous les Amérindiens sont les mêmes. En réalité, l'histoire, la culture et l'art des différentes tribus varient considérablement. De plus, ce sont les entreprises non autochtones qui produisent ces articles qui en profitent.

Si vous avez appris que porter des vêtements traditionnels d'une autre culture dans la vie quotidienne est problématique, vous vous demandez peut-être pourquoi. Après tout, il est disponible gratuitement à l'achat et les personnes qui vivent dans d'autres pays portent régulièrement des vêtements occidentaux.

Voici le problème : porter des bijoux ou des vêtements traditionnels d'une autre culture peut vous attirer une certaine admiration ou une attention positive.

Mais lorsqu'une personne de cette culture porte la même chose, elle peut recevoir plus d'attention négative que positive.

D'autres pourraient les qualifier de « primitifs » ou « démodés » ou se moquer d'eux parce qu'ils ne se conforment pas aux normes sociales.

Dans le pire des cas, leurs vêtements pourraient en faire une cible de crimes haineux.

Même le yoga et les arts martiaux peuvent être appropriés lorsque les pratiques se concentrent sur des participants blancs et ne reconnaissent pas leurs racines orientales.

Si vous pratiquez le yoga, vous devez savoir qu'il s'agit d'une pratique spirituelle hindoue et envisager de faire une exploration plus approfondie. Vous ne réalisez peut-être pas, par exemple, que certains mantras ont une signification spirituelle et que les perles de mala sont des outils pour vous aider à concentrer votre attention pendant la méditation, pas des bijoux ou des décorations.

Le contexte est important lorsqu'il s'agit de distinguer l'appréciation de l'appropriation.

Supposons que vous soyez un étudiant d'échange et que votre famille d'accueil vous invite à porter des vêtements traditionnels pour participer à une célébration annuelle. C'est parfaitement bien. Votre participation vous permet d'en savoir plus sur leur culture, une des principales raisons de votre désir d'étudier à l'étranger.

Si votre famille d'accueil vous offre ces vêtements, vous pourriez les rapporter à la maison et les chérir, mais vous ne voudriez certainement pas les porter comme costume d'Halloween.

Mais que se passerait-il si votre école vous demandait de prononcer un discours sur votre famille d'accueil lors d'une prochaine soirée culturelle ? Pourriez-vous les porter alors ?

Voici où les choses peuvent devenir un peu confuses. Vous voulez partager vos expériences dans un autre pays, mais pas au détriment de quelqu'un qui appartient à cette culture.

Peut-être que vous décidez de porter les vêtements, mais incluez dans votre présentation des photographies de votre famille d'accueil lors de la célébration pour aider à illustrer quand les vêtements traditionnels sont généralement portés.

Si votre intention est d'apprendre et de partager des connaissances culturelles sans en tirer profit, vous apprécierez probablement. Vous êtes également clair si quelqu'un de cette culture vous demande de participer, à condition que vous le fassiez avec respect.

En cas de doute, il est préférable d'éviter tout élément culturel que vous n'avez pas été explicitement invité à partager.

Lorsque les gens prennent des éléments d'une autre culture pour leur propre usage, ils adoptent souvent certains aspects et rejettent d'autres qui ne les intéressent pas, au lieu d'essayer de comprendre la culture dans son ensemble.

Cela minimise l'importance des objets ou des pratiques culturelles.

De nombreuses équipes sportives américaines utilisent des totems, des coiffes, des « danses indigènes » et des « cris de guerre » qui se moquent des pratiques indigènes. Cette appropriation ignore le fait que les colons blancs ont forcé de nombreux Amérindiens à abandonner leur culture, et ils ont critiqué comme « païennes » et « sauvages » les traditions sacrées qui sont maintenant déformées pour le profit.

Puisque l'appropriation tend à romancer ou à sexualiser certains éléments culturels, elle peut perpétuer les stéréotypes et le racisme. Il étouffe également les voix des personnes qui appartiennent à une culture donnée en donnant plus d'espace aux étrangers qui se l'approprient.

Si vous craignez de vous être approprié par erreur des éléments culturels dans le passé, ces conseils peuvent vous aider à faire mieux à l'avenir :

  • Choisissez des livres, de la musique, de l'art et de la nourriture qui proviennent de cultures spécifiques et les représentent avec précision, plutôt que des expériences « d'inspiration culturelle ».
  • Pour amplifier les voix culturelles, recherchez des livres, des essais ou d'autres œuvres créatives écrites par des membres de la culture, au lieu d'œuvres d'étrangers.
  • Achetez des œuvres d'art et d'autres objets culturels du créateur.
  • Lorsque vous étudiez d'autres cultures, prenez le temps d'apprendre à prononcer correctement les noms de personnes et de lieux.
  • Ignorez les termes empruntés à d'autres cultures, comme appeler vos amis votre « tribu » ou dire que vous avez un « animal spirituel ».
  • Évitez d'adopter de faux accents.

L'appropriation peut toujours se produire lorsque vous n'avez pas l'intention de causer du tort.

Si quelqu'un vous appelle, la seule bonne réponse est de s'excuser et d'ajuster votre comportement immédiatement.

Vous pourriez être en désaccord, mais faites vos propres recherches avant de trouver des excuses ou d'insister sur votre droit d'utiliser l'article, de porter les vêtements ou de dire le mot.

Bien que la personne qui vous appelle puisse avoir une explication sur les raisons pour lesquelles quelque chose est approprié, vous devriez toujours être prêt à apprendre par vous-même au lieu de vous tourner vers les autres pour vous éduquer.

Supposons que vous trouviez un bougeoir de fantaisie dans une friperie. Vous n'êtes pas juif, vous n'avez donc aucune idée que c'est une menorah, un candélabre spécial qui a une signification profonde dans le judaïsme.

Vous le ramenez à la maison et le remplissez de bougies, mais un jour un ami le remarque et semble très confus. « Je ne savais pas que vous étiez juif », disent-ils.

Vous répondez que vous ne l'êtes pas et ils expliquent ce qu'est une menorah. Vous réalisez que vous ne devriez pas l'utiliser comme bougeoir et décidez de le reprendre.

Certains comportements ne sont jamais reconnaissants.

Evitez toujours :

  • s'habiller comme quelqu'un d'une autre culture comme un costume
  • porter un blackface
  • porter des vêtements ou des bijoux ayant une signification religieuse ou spirituelle lorsque vous ne pratiquez pas cette religion
  • tout comportement qui stéréotype ou rabaisse les membres d'une autre culture

Ces actions ne profitent à personne d'autre que vous, et elles peuvent être profondément offensantes.

Si vous voyez d'autres faire ces choses, vous pourriez avoir envie de les appeler, mais pensez d'abord à vos propres préjugés. Gardez à l'esprit que vous ne pouvez pas toujours reconnaître qui appartient à une culture spécifique et qui n'en a pas.

C'est un peu plus facile avec les amis et la famille.

Si votre ami blanc parle de vouloir des locs, vous pourriez expliquer que ce style pour les cheveux naturels entraîne souvent une stigmatisation ou une discrimination des Noirs que les Blancs ne subissent généralement pas.

Votre ami y voit une tendance, mais une personne noire pourrait être critiquée pour avoir des cheveux naturels au lieu de se conformer aux idéaux blancs.

Voici quelques ressources supplémentaires sur l'appropriation culturelle :

Si vous aspirez à apprécier au lieu de vous approprier, vous êtes déjà sur la bonne voie.

La volonté de reconnaître vos erreurs est également essentielle. C'est bien de faire des erreurs, mais ce n'est pas bien de continuer à faire quelque chose d'offensant une fois que vous savez que c'est problématique.

Pour vraiment apprécier, faites un effort pour reconnaître les influences culturelles dans les choses que vous admirez et utilisez dans la vie quotidienne, et réfléchissez à la façon dont vous pouvez en apprendre davantage sur ces cultures – au lieu d'offrir une appréciation symbolique semblable aux fac-similés produits en masse trouvés dans les boutiques de souvenirs .


Crystal Raypole a déjà travaillé comme rédactrice et rédactrice pour GoodTherapy. Ses domaines d'intérêt comprennent les langues et la littérature asiatiques, la traduction japonaise, la cuisine, les sciences naturelles, la positivité sexuelle et la santé mentale. En particulier, elle s'est engagée à aider à réduire la stigmatisation entourant les problèmes de santé mentale.

Les malas sont de magnifiques colliers composés de 108 perles que les Boudhistes et les Hindous emploient depuis des siècles pour méditer. Il est employé pour compter les mantras (les prières en sanskrit) par groupes de 108 répétitions. La récitation d’un mantra est utilisée comme une forme de méditation.
Selon les origines du yoga, un mantra est un mot ou bien une phrase en sanskrit qui a des avantages spéciaux qui transforment la conscience, satisfont les désirs ou bien promeuvent la guérison.

La « guirlande de méditation » est donc la traduction littérale de ce mot d’origine sanskrit, la langue des textes sacré hindous et bouddhistes, ce qui renvoie à son utilisation primaire le « Japa » (type particulier de méditation où le fidèle récite des textes sacrés). Dès lors, le japa mala a pour usage à la récitation de prières mantras pendant les séances de méditation.
Le Mala sert principalement à compter la répétition de récitations de mantras a l’intérieur du bouddhisme pendant les prières et de la méditation, tandis que dans l’hindouisme ce bracelet Mala « Rudraksha » est un objet de protection aux vertus spirituelles composé de graines d’Elaeocarpus ganitrus de tailles diverses.

Le bracelet Mala vous permet, avec l’aide de ses perles, d’évaluer votre temps de méditation. Il est une valeur objective de la durée de chacune de vos séances.

Le bracelet Mala pourra aussi vous aider à travailler votre patience et votre concentration. La patience et la concentration sont de de deux ans ans bienfaits exigé à la méditation. Ce sont aussi des qualités indéniables dans votre vie quotidienne et dans votre développement personnel et spirituel.

Le fait d’égrener chaque lentigo permet de se recentrer. Le bracelet Mala devient un machine qui rappelle à l’essentiel en toutes circonstances.

Il est le symbole du parcours de ses chemins intérieurs. Il suggère que ces chemins peuvent être traversés à l’infini en dévoilant toujours de nouvelles richesses. C’est une façon de connaître que la connaissance de soi est sans limite. Le développement personnel est l’art de intégral une vie. Il est probable de profiter de l’énergie du Mala tibétain pour améliorer sa séance. Certains décoration Mala permettent d’accéder plus vite à un état de sérénité profond. Ils sont également propices or bien-être et à la relaxation.

Dans le yoga, le bracelet Mala peut aussi devenir un point de fixation. Il permet de rester concentré, et particulièrement de faire abstraction de l’environnement.

Les bijoux Yoga ont parfois des bienfaits lithothérapie grâce aux pierres semi précieuses. Le pouvoir des pierres est très puissant sur le corps humain.
Voici les pierres naturelles donnant des énergies positives :
• Quartz
• Cristal
• Jaspe dalmatien
• Cornaline
• Pierre de soleil
• Agate noire
• Diamant
• Citrine
• Obsidienne
• Calcédoine
• Pierres de lave
• Pierre d ambre
• Oeil de faucon
• Jaspe jaune
• Pierre de protection
• Pierre de lune
• Turquoise
• Améthyste
• Lapis lazuli
• Aventurine
• Oeil de tigre

Ceux qui examinent les chakras décrivent comme des organes vivants. Ils auraient pour fonction la régulation de « l’énergie » entre les différentes parties du corps, et entre le corps, la terre et l’univers. Soumis aux aléas de l’individu, ils présenteraient des symptômes de rigidité ainsi qu’à d’affaissement, d’encombrement ainsi qu’à de perte de vitalité. Ils communiqueraient parmi eux et seraient capables de se compenser mutuellement. Réciproquement, une action « d’harmonisation actif » ( comme le visée notre bracelet ) aurait des répercussions sur les capacités de l’individu.